Mon résumé de l’arrivée du Covid-19 au Niger

Article : Mon résumé de l’arrivée du Covid-19 au Niger
24 mai 2020

Mon résumé de l’arrivée du Covid-19 au Niger

Mondoblog lance le projet Mondoblog, unis contre le Covid-19, pour raconter l’évolution et les conséquences de la pandémie de coronavirus du point de vue des Mondoblogueurs sahéliens.


Depuis l’arrivée du coronavirus en Afrique, le Niger figure parmi les derniers pays d’Afrique de l’Ouest à avoir été touchés par la pandémie. Le pays a enregistré son premier cas le 19 mars 2020. Depuis, le nombre de cas ne cesse d’augmenter. En effet, le 24 mai, le Niger comptait un total de 943 cas confirmés, dont 775 guérisons et 61 décès, d’après un communiqué du ministère de la Santé publique. Les derniers cas positifs ont été enregistrés à Zinder, à Maradi et à Dossi. Aucun nouveau cas n’a été enregistré à Niamey, où j’habite, actuellement épicentre de la pandémie. Je vous raconte ici l’évolution de la pandémie depuis l’arrivée du Covid-19 au Niger.

Voilà où en est la région sahélienne :

Les mesures prises par l’État du Niger pour faire face au Covid-19 depuis le début de la pandémie

Le Niger, à l’instar des autres pays du monde, a pris d’importantes mesures préventives pour limiter la propagation de la maladie, avant même l’apparition de cas. C’est un total de 10 mesures de restrictions que le président de la République, Mahamadou Issoufou, a annoncé le 18 mars :

  • La fermeture des établissements scolaires sur toute l’étendue du territoire national;
  • L’instauration d’un couvre-feu dans la ville de Niamey (d’abord de 19h à 5h, puis de 21h à 4h);
  • La fermeture des lieux cultes dans tout le pays;
  • La fermeture des lieux de réjouissance, bars et boîtes de nuit jusqu’à nouvel ordre;
  • La proclamation de l’isolement dans la ville de Niamey;
  • Le décret de l’état d’urgence sanitaire dans le pays;
  • La mise en place d’un comité de veille sanitaire;
  • La fermeture des frontières aériennes et terrestres pendant 15 jours;
  • L’interdiction des regroupements de plus de 50 personnes;
  • L’annulation des réunions internationales prévues sur le territoire nigérien;

Le 3 avril dernier, dans un entretien accordé à France 24, le président nigérien n’a pas caché ses craintes quant à cette « crise sanitaire qui s’ajoute à une crise sécuritaire ».

Avenue de Maourey, Niamey
Crédits Photo : NigerTZai via Wikimedia Commons

Lutter contre les fausses informations

Le Niger a rapidement mis en place un dispositif de communication et un fond de riposte pour lutter efficacement contre la pandémie du Covid-19, et la désinformation. Par exemple, le gouvernement nigérien a lancé un chatbot WhatsApp, « un service gratuit conçu pour répondre aux questions du public sur le coronavirus et pour fournir des informations rapides, fiables et officielles 24h sur 24 », d’après le Ministre de la Santé publique. « C’est pour cette raison que nous avons collaboré avec Facebook, non seulement pour combattre les rumeurs, mais aussi pour offrir au public des informations fiables, crédibles et des conseils pratiques pour lui permettre de se protéger du coronavirus. »

Vous pouvez enregistrer le numéro dans vos contacts téléphoniques +227 80 06 60 30 et démarrer une conversation ou poser une question.

La levée de certaines mesures préventives 

A Niamey, certaines mesures contre le coronavirus, comme le couvre-feu et l’interdiction des prières collectives dans les mosquées, ont provoqué des échauffourées dans la capitale, au mois d’avril.
Face aux nombreuses conséquences de la pandémie du coronavirus sur la vie socio-économique du pays et au vue de la baisse de l’enregistrement des cas positifs, le gouvernement nigérien a finalement amorcé la levée de certaines mesures. En dehors du décret sur l’état d’urgence sanitaire, toutes les autres mesures prises sont aujourd’hui en train d’être progressivement levées. Notamment, la levée du couvre-feu et la réouverture des lieux de culte depuis le 13 mai.

Le plan de riposte 

Même si le gouvernement nigérien a allégé les mesures de confinement, il a aussi appelé à respecter les précautions mises en place pour éviter la propagation du virus. C’est ce qu’on appelle, les gestes barrières.

Les gestes barrières
Crédits Photo : Emmanuel via Iwaria
Les gestes barrières
Crédits Photo : Emmanuel via Iwaria
  • Se laver souvent les mains au savon ou avec une solution hydro-alcoolique;
  • Eviter de se toucher le visage (yeux, bouche, nez);
  • Tousser ou éternuer dans le creux du coude;
  • Porter son masque ou une bavette avant de sortir ou d’avoir un contact avec une autre personne;
  • Respecter la distanciation sociale, saluez-vous à distance sans serrer la main, gardez au moins 1 mètre de distance entre vous et les autres personnes;
  • Restez chez vous si vous avez de la fièvre, de la toux ou des difficultés à respirer, évitez les contacts avec les autres;
  • Ne pas se moucher ou cracher par terre mais dans un mouchoir;
  • Appelez le 15 si vous avez des symptômes du Covid-19;

Aujourd’hui au Niger, le dispositif sanitaire est peu respecté, notamment dans les mosquées. Chez moi, la mosquée a fermé ses portes le 20 mars et elle a rouvert le 30 avril. Le lieu est désinfecté et un dispositif de lavage de mains est mis à disposition. Par contre, les masques ne sont pas obligatoires, nous n’en avons d’ailleurs pas reçu de la part des autorités locales.


Gestes barrières à la mosquée, affaire à suivre dans un prochain billet…

Partagez

Commentaires