Comment le cinéaste Serge Clément Anatovi a vécu le Covid-19 au Niger

Article : Comment le cinéaste Serge Clément Anatovi a vécu le Covid-19 au Niger
9 juin 2020

Comment le cinéaste Serge Clément Anatovi a vécu le Covid-19 au Niger

Mondoblog lance le projet Mondoblog, unis contre le Covid-19, pour raconter l’évolution et les conséquences de la pandémie de coronavirus du point de vue des Mondoblogueurs sahéliens.


Serge Clément Anatovi, plus connu sous le sobriquet de « Tchacho », est un jeune comédien et cinéaste nigérien. À 26 ans, parallèlement à ses études de scénariste et réalisateur, il a créé une troupe de jeunes comédiens, La famille C’nous. Leurs sketchs sont très appréciés par la population nigérienne et remportent un franc succès. Au-delà du regard humoristique, ce sont des messages citoyens que Tchacho veut faire passer aux jeunes. Depuis le début de la crise du coronavirus, il s’est engagé dans la lutte contre le Covid-19 à travers ses créations.
Rencontre.

En pleine tournage, Serge Clément Anatovi
Crédit photo : ATC production

Le gouvernement du Niger a pris des mesures préventives pour limiter la propagation de la maladie, comment avez-vous vécu cette situation en tant que cinéaste ?

“Cette pandémie fait le tour de la planète, donc le Niger n’est pas épargné. Du coup, il y a eu beaucoup de sensibilisation et de communication pour informer les citoyens sur le coronavirus. A un moment donné le Niger était sous pression car les pays voisins avaient déjà adopté des mesures pour protéger leurs populations. Donc il a bien fallu que le pays réagisse et adopte également des mesures de prévention. En tant que cinéaste, j’ai d’abord vécu cette crise comme tout être humain, stressé avec la peur et la crainte de la maladie. Et puis, tout en restant vigilant, j’ai profité de mon domaine de création pour faire des sketchs de sensibilisation et pour apporter ma pierre à l’édifice dans la lutte contre le coronavirus.”

Aucune mesure de prévention n'est de trop pour sauver nos vies, nos populations.Alors ensemble éradiquons le Corona

Publiée par La Famille C Nous/ Tchatcho sur Lundi 23 mars 2020
Aucune mesure de prévention n’est de trop pour sauver nos vies, nos populations. Alors ensemble éradiquons le Corona.

Comment vous vous êtes organisé pour travailler pendant cette période ?

“Pendant cette pandémie, nous nous sommes vraiment organisés pour travailler tout en respectant les consignes de sécurité. Ce n’est pas facile pour des acteurs, il y a cette chaleur humaine, il y a la proximité avec de nombreux contacts entre nous pendant les scènes qu’on tourne. Ce n’est pas évident de respecter les mesures barrières qu’impose la situation. Mais néanmoins on a su s’adapter pour être à la hauteur de la situation, on a diminué nos productions et nos contacts, et, lors des tournages ou des réunions, on a essayé de respecter les consignes, on a fait en sorte d’être au moins à un mètre de distance des uns des autres. Tout s’est bien passé, Dieu merci !”

Tournage pendant la pandémie, sketch de sensibilisation
Crédit photo : ATC production

Avez vous été inspiré pendant cette période ?

“Oui cette expérience m’a beaucoup inspirée parce que ça m’a imposé un cadre de travail, j’ai pris conscience de mes limites en tant que comédien et réalisateur, et aussi ça m’a beaucoup rapproché de ma famille. C’est vraiment une expérience unique qu’on n’est pas prêt d’oublier.”

Tournage
Crédit photo : ATC production

Est-ce que la crise du coronavirus a eu un impact sur vos activités ?

“Oui, parce-qu’on s’est retrouvé au moins deux ou trois semaines sans pouvoir tourner. Cela a perturbé le rythme de nos représentations, car notre public est habitué à voir deux sketchs par semaine. Mais, depuis le début de la pandémie, on a été obligé de faire une grande pause dans la diffusion de nos contenus. Les fans ont même commencé à réclamer ! “

En tant que cinéaste, quel regard portez-vous sur cette crise ? 

“En tant que cinéaste ou jeune réalisateur, je dirais que cette pandémie est difficile financièrement, cela nous a beaucoup touché parce que nous vivons que de notre art et de nos réalisations. Depuis maintenant 3 à 4 mois, il ne se passe rien, il n’y a pas de sorties de films alors que c’est ce qui fait notre gagne pain. Mais comme nous sommes dans un pays islamique, on s’en remet à Dieu.”

Pour changer les choses, il faut l implication de tous.Ensemble éradiquons cette maladie..

Publiée par La Famille C Nous/ Tchatcho sur Dimanche 22 mars 2020
Pour changer les choses, il faut l implication de tous. Ensemble éradiquons cette maladie..

Vous avez tourné des sketchs de sensibilisation sur le Covid-19, est-ce qu’un film est prévu sur le Covid-19 ?

“On a fait jusqu’à trois sketchs sur la pandémie de Covid-19. On a choisi les sujets en fonction de l’actualité. Pour la première vidéo, on voulait parler de la flambée des prix des masques et des désinfectants. Ensuite, on a fait autre sketch pour parler des jeunes, qui, dans les fadas (regroupement de jeunes), utilisent le même verre pour boire le thé. Cette habitude est dangereuse, car une des manières dont on peut se faire contaminer par le virus. Et le dernier sketch c’était pour attirer l’attention des commerçants et des jeunes quant à leurs marchandises, c’est-à-dire faire passer le message des mesures préventives. Mais en ce qui concerne l’idée de faire un film, pour l’instant on n’a pas ce projet en vue parce que réaliser un film demande un gros budget. Comme nous faisons de l’autoproduction, on n’a pas voulu s’engager dans ce combat. Face à la crise, j’ai fait ce qui est de ma responsabilité en tant que réalisateur, avec la troupe, nous avons sensibilisé et attiré l’attention des gens sur les choses importantes à savoir sur le coronavirus. Je dirais qu’on a fait de notre mieux avec les moyens dont nous disposions : le rire !”

Avez-vous un conseil à donner par rapport à la gestion de cette pandémie ?

“Je n’ai pas un grand conseil à donner n’étant pas expert, mais soyons vigilants, faisons les choses comme il faut et soyons responsables. La prévention est le meilleur moyen d’aider la population et de lutter contre la pandémie de coronavirus.“

CORONAVIRUS

Coronavirus: La lutte préventive. Acte II

Publiée par La Famille C Nous/ Tchatcho sur Mardi 24 mars 2020
Coronavirus: La lutte préventive. Acte II

Pour rappel, le Niger, à l’instar des autres pays du monde, a pris d’importantes mesures préventives pour limiter la propagation de la maladie, avant même l’apparition de cas. Des mesures qui ont considérablement touché différents secteurs, notamment la religion, l’éducation et la culture à cause de la fermeture de nombreux lieux et du couvre-feu pendant plusieurs semaines. Depuis le 30 avril dernier, le gouvernement nigérien allège progressivement ces mesures au vue de la tendance à la baisse de la maladie. Ainsi, selon le ministère de la Santé publique, à la date du 8 juin, le Niger n’a enregistré aucun nouveau cas positif.

Partagez

Commentaires

Serge Anatovi
Répondre

Merci beaucoup pour cet article