Covid-19 au Niger : Réouverture des mosquées et gestes barrières

Article : Covid-19 au Niger : Réouverture des mosquées et gestes barrières
26 mai 2020

Covid-19 au Niger : Réouverture des mosquées et gestes barrières

Mondoblog lance le projet Mondoblog, unis contre le Covid-19, pour raconter l’évolution et les conséquences de la pandémie de coronavirus du point de vue des Mondoblogueurs sahéliens.


Au Niger, pays sahélien, l’islam est la principale religion du pays, 95% de la population est musulmane. Pour tenter d’endiguer la propagation du Covid-19, le gouvernement a décidé, le 20 mars, de fermer les lieux de cultes. Toutes les mosquées ont donc fermé ! Cette décision n’a pas toujours été bien accueillie, les musulmans étaient très inquiets de ne pas pouvoir prier au sein de leur mosquée, mais ils ont bien été obligés de s’adapter.

Après deux mois de fermeture, les mosquées ont été réouvertes. Depuis le 30 avril, à Niamey et dans tout le pays, les fidèles musulmans peuvent à nouveau prier ensemble. Mais, pour protéger la population contre le coronavirus, le gouvernement a édicté un certain de nombre de mesures à respecter, il a invité les fidèles à prendre des précautions. La crise sanitaire n’est pas terminée et il est important de tout faire pour limiter la propagation de la maladie.

« L’épidémie est sous contrôle de façon globale. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut relâcher. Bien au contraire, il faut toujours observer les mesures barrières parce que l’épidémie n’est pas terminée. On aura toujours des cas sporadiques même dans deux ou trois mois sinon plus. La vigilance doit être de mise dans la mesure où l’épidémie ne va pas quitter comme par enchantement. »

Pr. Saidou Mamadou, président du groupe d’experts de lutte contre le coronavirus, le 29 mai, lors de la réunion hebdomadaire du comité interministériel de lutte contre le Covid-19

Mais force est de constater que les recommandations du gouvernement ne sont pas prises au sérieux. Dans beaucoup de mosquées de quartiers de la ville de Niamey, les gestes barrières ne sont pas respectés, comme si le coronavirus n’était pas une menace.

Mosquée de Gaweye-Pont Kennedy
Crédits photo : Abdel Latif Idrissa

Rappel des mesures préventives

C’est dans un communiqué rendu public à la télévision nationale que le porte-parole du gouvernement a indiqué la réouverture des lieux cultes sur toutes l’étendue du territoire national, « sur proposition des chefs religieux et au vu de la tendance favorable de l’évolution de la maladie ».

Le Président de la délégation spéciale de la ville de Niamey a informé par un communiqué que les musulmans et musulmanes sont tenus de respecter un certain nombre de mesures dans les mosquées :

  • Se laver les mains avec du savon ou du gel hydro alcoolique
  • Désinfecter les lieux de culte avant chaque prière
  • Porter une bavette
  • Se munir d’un tapis de prière individuel
  • Respecter la distanciation sociale d’au moins un mètre
  • Eviter de serrer les mains lors des salutations
  • Aération des locaux pendant les prières
  • Ne pas se rendre au lieu de culte si vous présentez des symptômes tels que la fièvre, la toux, les douleurs articulaires, les difficultés respiratoires

Depuis l’annonce de la réouverture des mosquées, les autorités de la ville s’attellent à veiller au strict respect des gestes barrières dans les lieux de culte de Niamey. Dans des séries de reportages qui passent sur les ondes de la télévision nationale (Office des Radio et Télévision du Niger-ORTN), l’on remarque le strict respect des gestes barrières édictés par les autorités dans certaines grandes mosquées de la capitale dont notamment la distanciation sociale et le port de la bavette.

C’est ainsi qu’à l’occasion de la prière de l’Aïd el fitr, communément appelée IDI, qui marque la fin du mois de Ramadan, le Président de la République, Issoufou Mahamadou, et ses collaborateurs ont montré l’exemple en respectant la distanciation sociale d’un mètre et le port de la bavette au niveau de la grande mosquée de Niamey.

Aïd el fitr, Niger, Coronavirus
Prière de l’Aïd el fitr en présence du Président de la République, Issoufou Mahamadou.
Crédits photo : Présidence de la République

Le non respect des mesures barrières dans certaines mosquées de la capitale

Beaucoup de fidèles dans les mosquées ne respectent pas les mesures sur la distanciation sociale, ni le port du masque, ni même le lavage des mains.

Dans mon quartier, situé dans le cinquième arrondissement de la ville de Niamey, beaucoup de mosquées de notre collectivité ne respectent pas non plus ces mesures édictées par les autorités. L’Imam de notre quartier se plaint de ne pas recevoir d’instructions de la part des autorités pour aider à mieux faire respecter les mesures de sécurité. Il ne peut pas non plus imposer des charges aux fidèles pour assurer un dispositif particulier (lavage des mains systématique, port du masque obligatoire, etc). Il remarque aussi un manque de prise de conscience vis-à-vis de la maladie du Covid-19.

« Les gens ne respectent aucune mesure. Même moi qui parle actuellement, tu vois je ne porte pas de bavette. Les gens pensent que les autorités vont mettre l’argent des bailleurs dans leur poche et ensuite ils vont demander à la population d’acheter des masques avec leur propre argent…
Le conseil que je peux donner aux fidèles musulmans, c’est que chacun doit prendre son mal en patience et prier car chaque difficulté a son temps et va passer. »

Imam de la mosquée de Gaweye
Iman de la mosquée de Gaweye
Crédit photo : Abdel Latif Idrissa

Dans la petite mosquée de mon quartier, Gaweye, on constate non seulement une certaine affluence aux heures de prière mais aussi et surtout le non respect des mesures de prévention prises pour limiter la propagation du virus par les autorités locales dans la mosquée. Pourtant, la prière représente bien un moment favorable à la contagion du virus, parce-que la mosquée est un lieu de promiscuité. Malgré cela, la plupart des fidèles ne sont pas vigilants, à croire que certains préfèrent mourir en priant que vivre sans prier à la mosquée !

Peut-être que la prière représente une autre façon de lutter contre l’épidémie, mais rien n’empêche les fidèles de redoubler d’attention, la religion est compatible avec l’idée de respecter des recommandations de bon sens. Heureusement, certains fidèles l’ont bien compris et l’on assiste aussi à des prières collectives où les mesures de sécurité sont parfaitement respectées.

Prière à la mosquée Gaweye, la distanciation physique est difficile à respecter
Crédits photo : Abdel Latif Idrissa

Levée progressive des mesures de restrictions

Au Niger, le gouvernement lève au fur et mesure les restrictions de liberté prises pour limiter la propagation de la maladie du Covid-19. Ainsi, ces derniers jours, Niamey n’a pas enregistré de nouveaux cas autochtones. Les cinq cas de nouveaux malades enregistrés à la date du 25 mai et les trois cas du 27 mai 2020 sont tous importés, d’après un communiqué du Conseil des ministres du vendredi 29 mai 2020.

Source : Coronavirus.ne, Ministère de la Santé publique

Dans le même ordre d’idées, le gouvernement a décidé de la réouverture des établissements scolaires à partir du 1er juin prochain après plus de deux mois de fermeture.

Espérons que la levée progressive des restrictions de liberté, dans les mosquées, dans les écoles, etc, ne crée pas une tendance à la hausse des contaminations. Si les populations respectent les mesures de sécurité et appliquent les gestes barrières – seule manière connue de lutter contre le coronavirus aujourd’hui – il n’y a pas de risque à priori. Encore faut-il que les populations se sentent concernées par la maladie et adoptent une attitude responsable, et de ce côté-là, il y a encore des progrès à faire au Niger.

Partagez

Commentaires